Le MR-Liège appelle à suspendre la grève des 20-22 décembre

Le MR-Liège dépose une motion au prochain conseil communal appelant le Bourgmestre de Liège à prendre l’initiative pour ramener la CGSP à la raison afin de suspendre la grève des 20-22 décembre.

Texte de la motion :

Considérant le préavis de grève déposé par la CGSP des Tec pour la période du 20 au 22 décembre ;

Considérant que ce préavis a été déposé uniquement par la CGSP et n’a pas été suivi par la CSC et la CGSLB ;

Considérant que le Gouvernement wallon est ouvert pour expliquer le bien-fondé des réformes en cours ;

Considérant que la Ville de Liège est déjà la 3ème ville la plus embouteillée de Belgique ;

Considérant que la grève d’octobre 2017 a causé plus de 400km de bouchons sur l’ensemble du pays ;

Considérant que l’accessibilité, élément-clé déterminant l’attractivité commerciale d’une ville, n’est pas aisée à Liège ;

Considérant que cette grève a lieu pendant les fêtes de fin d’année, période ou les commerçants font leurs chiffres d’affaires ;

Considérant que de nombreux commerces désertent le centre-ville par souci de mobilité et que la Ville de Liège détient un taux de cellules vides de plus de 15% ;

Considérant que le commerce liégeois a subi une trop grande baisse de fréquentation les précédents jours de grève, ainsi qu’une diminution conséquente de son chiffre d’affaires ;

Considérant que cette grève a lieu pendant le Village de Noel qui avec ses 200 chalets et ses 1,5 millions de visiteurs, est considéré comme le plus grand de Belgique ;

Considérant que cette grève va paralyser l’ensemble de la Wallonie notamment les travailleurs et les étudiants dont certains sont encore en examen ou en délibération ;

Par ces considérants, le Conseil communal,

Estimant que les conséquences de cette nouvelle grève programmée sur trois jours sont dramatiques pour la Ville de Liège,

Demande au Collège de prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter la paralysie complète de la Ville de Liège ;

Demande au Collège et particulièrement au Bourgmestre en sa qualité de Président de Liège-Métropole, d’appeler la CGSP à la raison en lui demandant de suspendre cette grève.

Actualisation du plan de gestion 2017 « Quand une majorité de 30 ans n’apprend pas de ses erreurs »

Nous voici confronté à une nouvelle actualisation du plan de gestion de la Ville de Liège. Rare sont ceux qui, dans cette assemblée, n’ont pas déjà dû se pencher sur cet exercice contraignant, mais pourtant fort utile.

Le MR a indiqué sa disponibilité pour travailler, d’une manière constructive, à l’élaboration de l’actualisation du plan de gestion. Nous n’avons cependant été convié à aucune réunion.

Premier constat : 61 % de la rentabilité des mesures du dernier plan de gestion vient donc de taxes et redevances.

Deuxième constat : « ce n’est pas de ma faute », mais celle du pouvoir fédéral.

Troisième constat : Hors pensions, la Ville est en boni ! ou comment la majorité s’exonère de sa responsabilité première d’assurer que ses anciens agents bénéficient d’une pension.

Quatrième constat : On reporte l’effort sur les générations futures.

Cinquième constat : des économies optimistes.

Sixième constat : des économies virtuelles.

Septième constat : haro sur les propriétaires qui améliorent leur bien.

Huitième constat : l’équité fiscale peut-elle camoufler l’absence de mesures fondamentales ?

Neuvième constat : On ne voulait pas des sanctions administratives communales… mais on ne s’en prive pas.

Dixième constat : des prévisions fantaisistes contredites par les chiffres des comptes.

 

Lire plus ? https://fr.slideshare.net/Michelpeters/plan-de-gestion-2017

 

Question orale – conseil communal du 26 juin 2017 – Emeute dans le Carré, une de trop ?

Monsieur le Bourgmestre,

Il y avait longtemps que le Carré n’avait plus connu de tels événements quasi insurrectionnels.

La violence des débordements de la nuit de vendredi à samedi interpelle d’autant plus que les fêtards ont pris pour cible les policiers.

En pleine lutte contre le terrorisme, s’en prendre à des policiers qui connaissent des conditions de travail particulièrement compliquées, est inacceptable. Je tiens à marquer ma solidarité avec l’ensemble des forces de l’ordre intervenues la nuit de vendredi à samedi.

Parmi les projectiles lancés sur les policiers figuraient des bouteilles en verre ? N’est-ce pas un nouvel exemple d’une attitude irresponsable des night-shop qui continuent à vendre des bouteilles ?

Envisagez-vous une fermeture ? De quel ordre ? Permanente ? Temporaire en guise de sanction, par exemple une semaine ?

Ne pensez-vous pas, en cas de fermeture, inutilement et abusivement sanctionner les commerçants qui ont déjà consentis d’importants efforts (sécurité privée, charte pour un Carré qui tourne rond, etc.) ?

Une fermeture n’occasionnera-t-elle pas des mouvements de foules et des dégradations alentours ?

Je vous remercie pour vos réponses.

L’image déplorable pour notre Cité des incidents du 4 décembre au Stade du pays de Charleroi

Choqué par les événements au Stade du Pays de Charleroi le 4 décembre, j’interpelle le Bourgmestre sur les coûts de la sécurité et les initiatives contre le hooliganisme de quelques énergumènes.

 

Rendre une image positive à une ville prend des années, parfois de décennies.  Elle impose souvent des décisions politiques courageuses et coûteuses.

A contrario, la bêtise de quelques énergumènes peut, en quelques minutes, ruiner une image et une dynamique.

Chaque jour de match à Sclessin, les désagréments subis par la population locale ou de passage sont énormes.

Nous avions eu droit, il y a quelque temps, à un tiffo que les plus optimistes auront qualifié « d’humour douteux ».

Voici maintenant que quelques « supporters » se livrent à des comportements menant à l’arrêt d’un match.

C’est clairement inacceptable ! Va-t-on encore longtemps tout accepter pour ce sport dit populaire qui brasse des millions, parfois dans des conditions illégales comme en témoignent les récentes révélations de fraude fiscale à grande échelle ?

Monsieur le Bourgmestre,

Condamnez-vous les faits graves commis par quelques énergumènes ce dimanche 4 décembre ?

Auriez-vous l’amabilité de nous rappeler les dispositifs préventifs et répressifs mis en place au niveau fédéral et communal pour lutter contre l’hooliganisme ?

Quels sont les budgets consacrés par la Ville de Liège et la Police de Liège à la prévention de l’hooliganisme et à la sécurisation des matchs ?

Quelles sont les recettes (taxe sur les spect
acles) générées par l’organisation des matchs à Sclessin pour la Ville de Liège ?

Quelles démarches avez-vous entreprises, depuis le 4 décembre, à la fois pour sensibiliser les responsables du Standard et les clubs de supporters, à l’image déplorable pour Liège des incidents carolorégiens ?

 

 

La toponymie des rues : une façon simple de transmettre l’histoire de la ville, de la région, du pays aux jeunes générations

Convaincu que nos plaques de rues doivent retrouver un rôle d’éducation, j’ai inscrit le dossier suivant à l’ordre d jour du conseil communal de Liège du 26 septembre 2016 :

 

Considérant que les plaques de rue permettent bien plus que de se positionner sur un territoire géographique donné.

Considérant que les appellations données aux rues d’une commune sont riches d’enseignement ; rappellent son histoire, son passé et ses spécificités.

Considérant que beaucoup ignore les vies et œuvres des personnalités dont les noms ont été utilisés en guise d’hommagehaust.

Attendu que l’installation de plaques informatives peut entrer dans une logique de découverte touristique de la ville.

Attendu que la toponymie explicative contribue à une certaine éducation culturelle permanente, à la transmission du patrimoine au sens large et des valeurs qu’il sous-tend.

Le Conseil communal :

  • s’accorde sur l’installation, dès l’exercice budgétaire 2017, de plaques de rue explicatives sur le territoire de la Ville de Liège
  • sollicite l’avis de sa sous-commission toponymie pour suggérer un ordre de priorité (par exemple en 2017 et 2018 les noms de rues liés à la Première Guerre Mondiale)