Un projet pour mon quartier de Glain

Glain,  c’est  un  travail  au  quotidien,  une  écoute  permanente,  un  relais  continuel  auprès  des  autorités   communales.       Les  défis  pour  le  quartier  sont  nombreux  :  implantation  du  CHC,  construction  à  Espérance-­‐Bonne  Fortune,   mosquée(s),  voiries  à  rénover,  antenne  administrative,  etc.     Mis  bout  à  bout,  ces  défis  constituent  de  véritables  opportunités  pour  notre  quartier.  Ils  tissent  la  toile   d’un  véritable  projet  pour  ses  habitants.       Glain  et  ses  habitants  méritent  mieux  que  ce  que  la  majorité  en  place  depuis  24  ans  vous  offre.

 

Lire ici

 


Tant de quartiers administrativement oubliés…

Le Collège du 27 avril dernier a entériné le déménagement du commissariat de Sainte-Marguerite de la rue Hullos à l’angle des rue Hocheporte et Agimont.  Je m’en réjouis pour les habitants de Sainte-Marguerite, mais aussi pour les policiers aujourd’hui obligés de travailler dans des conditions déplorables.

J’ai bien noté les motivations : vétusté du bâtiment, respect des normes en vigueur (PMR, prévention incendie, …), proximité de la Mairie du Quartier, des écoles, d’autres services communaux (crèche, CPAS, etc.).  Quelle chance inouïe ont les riverains de cette nouvelle infrastructure ! J’en suis heureux pour eux et ne remets pas en cause le déménagement du commissariat.

Un des arguments m’échappe cependant… Le nouveau commissariat sera situé, je cite, « au centre de la zone d’intervention du Commissariat ». Je me demande de quel « centre » on parle…

J’ai déjà pu le dire dans le cadre du dossier Patience et Beaujonc : de quartiers comme Cointe et Glain –en passant par Saint-Gilles, Saint-Laurent, Saint-Nicolas et Burenville – tous services sociaux, administratifs et policiers sont absents ! Tous ces habitants délaissés doivent « descendre » à Sclessin, au Laveu, aux Guillemins, à la Cité administrative ou à Sainte-Marguerite pour effectuer leurs démarches administratives ou policières ou encore rencontrer une assistante sociale.

J’avais suggéré d’investir l’ancien bâtiment de la direction du charbonnage Patience et Beaujonc.  Y installer une antenne administrative, un commissariat et une permanence sociale, à quelques mètres du nouvel hôpital du CHC aurait été judicieux.  Faute de démarche de la majorité, le bâtiment a été squatté et devra être détruit.  Une honte !

Aujourd’hui, je demande avec insistance une décentralisation administrative, policière et sociale permettant de desservir décemment les quartiers précités.  Le bâtiment qui accueillait jusqu’il y a 18 mois le siège des habitations sociales de Saint-Nicolas est rentré dans le patrimoine du Logis social et est vide.  Situé place Saint-Nicolas, au centre des quartiers, face à un arrêt de bus, jouxté d’une place-parking, il est l’endroit idéal pour mener ce projet de proximité au profit de la population.

Je souhaite connaître l’avis du Collège sur cette proposition d’affectation et l’interpelle à ce sujet ce 21 mai.

Suivi du conseil communal de la Ville de Liège du 26 mars 2012

Pour rappel, la « Place du Tertre », c’est cet emplacement qui accueillait à l’occasion des fêtes du 15 août, jusque 1993, dans l’arrière-cour de l’ancienne glacière Koelmann, un havre de paix, avec ses terrasses, ses parasols, ses peintres du dimanche et ses artisans.

L’ancienne glacière forme, avec l’arrière-cour, un immense parking de près de2000 m², le tout dans un état de délabrement avancé.  Cet espace mérite que l’on s’y intéresse, c’est ce que je suggérais à l’Echevin de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire.

Sa réponse m’a satisfait à moitié… Après avoir jugé mes remarques et suggestions intéressantes, il n’a fait aucune proposition constructive, rappelant son intérêt pour deux autres endroits d’Outremeuse, la place de l’Yser et la pointe de l’Île…

Annonçant ma déception, il m’a rétorqué que cet espace était privé ce qui compliquait l’investissement de deniers publics… Je ne pouvais hélas plus lui répondre, ce que je ferai cependant par courrier.

En effet, cette réponse démontre à souhait un déficit et un archaïsme de vision en termes d’aménagement du territoire.  Liège dispose d’un outil exceptionnel pour développer des projets publics et redynamiser des quartiers,la Régiefoncière.  Hélas, sous la tutelle actuelle, elle se limite à mener des projets dont elle assume et conserve la propriété foncière.

Le MR veut donner de nouveaux moyens et de nouvelles ambitions à la Régie foncière.

Celle-ci ne doit pas avoir pour vocation d’être un grand gestionnaire d’immeubles, mais bien d’être le moteur du développement de projets urbanistiques (requalification/revitalisation) dans le but de revendre le patrimoine rénové. Le produit des ventes étant réaffecté à de nouvelles opérations de rénovation.

Pour la « Place du Tertre », l’acquisition du terrain et la construction de logements seraient compensées partiellement par la revente du patrimoine une fois l’opération menée.  Pour Liège, ce seraient des habitants en plus, des taxes, redevances et additionnels.  Pour ces Liégeoises et Liégeois, ce serait un cadre de vie agréable autour d’un espace convivial qui pourrait accueillir des animations.

 A Liège hélas, on a l’urbanisme que le CDH estime devoir aux Liégeois…