Carré : dans le bon sens, mais peut encore mieux

019 - BPA_CArre[3]Le groupe MR au Conseil communal de Liège a pris connaissance, ce samedi 15 février 2014, des propositions du Collège visant à renforcer la sécurité dans le Carré.

« Nous sommes satisfaits d’avoir été entendus par le Bourgmestre, que la situation bouge pour le carré et que certaines de nos propositions soient reprises, même si le dialogue annoncé ne s’est pas tenu » indique le MR.

« Le Bourgmestre a accédé à notre proposition de prévoir l’interdiction de la vente d’alcool par les night-shops, c’est une bonne nouvelle. Nous avons par contre davantage de doutes par rapport aux gobelets en plastique. Après une première prise en charge partielle par la Ville, le coût sera-t-il répercuté sur les cafetiers ? » s’interroge la cheffe de groupe, Christine Defraigne.

« Je me réjouis que le Collège retienne enfin notre proposition de périmètre au sein duquel il sera interdit de pénétrer ou de consommer des boissons contenues dans des bouteilles en verre, comme pour Outremeuse le 15 août », note Michel Péters.

« Nous regrettons cependant que notre proposition d’installer une zone « sûre » ou « Safe place » via un poste avancé de police à proximité immédiate ou à l’intérieur du Carré n’ait pas été retenue » ajoute Sébastien Bovy.

« Enfin, constater des problèmes de consommation excessive d’alcool par des mineurs est une bonne chose, mais pourquoi alors ne pas appliquer les mêmes mesures d’interdiction de vente dans les magasins de nuit les mercredi et vendredi de 14 à 18 heures ? » renchérit Gilles Foret.

Les conseillers réformateurs espèrent que ces mesures ne seront pas que cosmétiques mais réellement suivies d’effets, que des contrôles seront effectués et que tous les acteurs prendront leurs responsabilités. Ils interrogeront le Collège à ce sujet lors du prochain Conseil et déposeront plusieurs amendements.

« Reste maintenant à voir si ces bonnes intentions seront suivies d’effets concrets positifs. Je m’inquiète également de ne rien lire concernant un renforcement de la présence policière, c’est pourtant un élément clé et nous avions émis plusieurs propositions dans ce sens. Je constate enfin, une fois de plus, que le Bourgmestre refuse de s’approprier les nouvelles dispositions relatives aux sanctions administratives communales » conclut Christine Defraigne.

Christine Defraigne

Michel Péters

Sébastien Bovy

Gilles Foret

Conseillers communaux

Quand l’approche des élections presse le Collège…

http://www.slideshare.net/Michelpeters/quand-lapproche-des-elections-presse-le-college

Il aura donc fallu attendre patiemment près de 49 mois (moins un jour…) pour que le Collège – plus particulièrement l’Echevin des Travaux – copie/colle/adapte ma proposition.  L’approche des élections a du bon…  Je passe sur tous les prétextes fallacieux qui ont prévalu jusqu’ici pour repousser l’adoption de ma proposition… et qui tombent sans discussion du texte.

Plus sérieusement, l’adoption de la Charte est un signal important à l’attention d’usagers faibles de la route qui sont d’année en année plus nombreux.

 

Réforme des licences d’armes : le dogmatisme nuit à la santé économique de la Wallonie !

Le Gouvernement wallon vient d’adopter la 4e version de l’avant-projet de décret portant réforme des procédures d’octroi des licences d’armes.

Pour rappel, l’amateurisme du Gouvernement wallon avait été mis en évidence dans l’avis du Conseil d’Etat émis le 14 mars dernier : « imprécision quant aux objectifs poursuivis, transposition déficiente de la directive 91/477/CEE, flou quant à la portée effective du concept des droits de l’homme comme élément régulateur de l’octroi de certaines licences, etc. ». Le Conseil d’Etat appelait le Gouvernement wallon à retravailler fondamentalement son projet.

Le Mouvement Réformateur, via des motions déposées au sein de plusieurs conseils communaux et des interventions au Parlement wallon des députés Christine Defraigne et Pierre-Yves Jeholet, avait relayé les inquiétudes du secteur de sécurité et de défense et appelé le Gouvernement à se ressaisir rapidement du dossier, à le revoir fondamentalement en concertation avec le secteur et à se limiter strictement à la transposition des directives européennes.

 Peut-on dès lors être content du texte modifié ? NON :  

  1. Des contraintes aux processus d’octroi de licences sont ajoutées par le Gouvernement wallon, même si une attention plus particulière a été accordée aux remarques du secteur industriel de sécurité et de défense, ce dont on peut se réjouir.
  2. Le texte continue à aller au-delà de la stricte transposition des directives européennes, menaçant dès lors la compétitivité de nos entreprises.

Le Parlement wallon sera appelé à examiner le texte dans les prochaines semaines. Les députés MR y seront plus qu’attentifs.  On ne peut accepter que par dogmatisme, certaines formations politiques menacent lourdement l’avenir d’un secteur pesant 15.000 emplois directs et indirects en Wallonie dont 7500 dans le bassin liégeois.

 

Christine Defraigne

Pierre-Yves Jeholet

Michel Péters

Suivi du conseil communal de la Ville de Liège du 27 février 2012

Motion relative à la position de la Ville de Liège au sujet de la réforme de la procédure d’octroi des licences d’armes. 

Le MR, alarmé par l’avant projet de décret portant réforme de la procédure des licences d’armes, avait déposé un projet de motion.

 

Retravaillé par les chefs de groupes, notamment la cheffe de groupe socialiste que je remercie pour sa contribution positive, un consensus s’est dégagé sur un texte qui demande au gouvernement wallon d’être attentif aux intérêts à la fois de sa politique – on ne peut pas lui demander l’impossible – mais aussi économiques, commerciaux, éthiques et d’emploi du secteur.

Le conseil communal de Liège appelle également à la poursuite de la concertation avec le secteur.

 

Lire ici  le texte adopté par le conseil à l’unanimité.

View more documents from Michel Peters.

Licences d’armes, le MR suggère au conseil communal de Liège une motion au Gouvernement wallon

Le 9 février 2012, le Gouvernement wallon a approuvé en première lecture l’avant-projet de Décret relatif à l’importation, à l’exportation, au transit et au transfert de produits liés à la Défense. Ce texte est actuellement à l’examen au Conseil d’Etat.

Sur les 15.000 emplois directs et indirects dans le secteur de la sécurité et de la défense comptabilisés en Wallonie, le bassin liégeois en compte 7500. L’industrie de sécurité et de défense, c’est du travail pour des personnes qualifiées et non-qualifiées, mais aussi pour des entreprises de travail adapté (Ateliers Jean Delcour par exemple).

L’industrie de sécurité et de défense, c’est un savoir faire qui fait la réputation de notre région et de notre Ville.  Ce sont aussi de nombreuses entreprises présentes dans un ou plusieurs pôles de compétitivité (R&D) qui recueillent des subventions dans le cadre du Plan Marshall.  Où est la cohérence politique quand on sait que le projet de réforme constitue une menace sur l’industrie de sécurité et de défense en lui imposant des conditions d’octroi de licence d’exportation peu.

Au-delà, pourquoi le Gouvernement a-t-il brisé unilatéralement la concertation sociale entamée avec la plate-forme d’expert – fait unique et remarquable – des organisations patronales et syndicales du secteur ?

Le Gouvernement wallon s’octroie t-il une autorisation de tuer l’industrie de sécurité et de défense liégeoise ?

Le MR propose à ses collègues conseillers communaux la motion suivante.